Veut-on déjà supprimer la Politique des grandes villes ?

L’AVCB demande à l’actuel gouvernement de veiller à ce que les communes disposent des ressources financières nécessaires au financement et au maintien du personnel indispensable au développement actuel et futur de la politique des grandes villes.

En raison de la situation politique, les contrats conclus dans le cadre de la Politique des Grandes Villes ne seront pas renouvelés au-delà du 1er juillet prochain, leur devenir étant confié au prochain Gouvernement.

En raison du délai très court entre la décision gouvernementale et sa prise d’effet ce 1er juillet, les communes concernées se retrouvent confrontées au personnel engagé et à des investissements peu ou prou entamés.

Les communes bruxelloises concernées ne disposent pas des ressources financières nécessaires pour rémunérer les travailleurs affectés aux divers projets et, ne pouvant spéculer sur la formation plus ou moins hâtive d’un nouveau Gouvernement, devront licencier ces mêmes travailleurs formés et impliqués dans la politique des grandes villes depuis de nombreuses années. Le gel des conventions existantes aura des effets particulièrement néfastes sur la gestion de quartiers fortement affectés par la crise.

Etant donné que les ressources financières existent au sein de l’Etat fédéral et que les engagements avaient été pris jusque fin 2011, l’Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale estime que prolonger les contrats jusqu’à la fin de cette année s’inscrit parfaitement dans le cadre des prérogatives d’un gouvernement en affaires courantes. A contrario, ne pas les prolonger constituerait une décision qui préjuge de l’avenir de cette politique.

En conséquence, l’Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale demande avec insistance à l’actuel Gouvernement de veiller à ce que les communes concernées disposent, à tout le moins jusque fin 2010, des ressources financières nécessaires au financement et au maintien du personnel indispensable au développement actuel et futur de la politique des grandes villes, quel que soit le sort réservé à cette dernière dans le cadre des négociations institutionnelles à venir.
« Retour

Auteur

Marc COOLS
Date de publication
22-06-2010
Conditions générales | RSS | Liens utiles