Monitoring du transfert du chômage vers les CPAS


Le contexte

Le précédent gouvernement fédéral a pris une série de mesures visant à limiter le bénéfice des allocations de chômage.

Le monitoring

Afin d’appréhender au mieux ces transferts « chômage-CPAS » et la charge financière qui en découle pour les 19 CPAS bruxellois, la Section CPAS et la Conférence, devenues entre-temps la Fédération des CPAS bruxellois, ont décidé de mettre en place un monitoring destiné à évaluer l’ampleur des transferts et à établir une typologie de ces nouveaux publics s’adressant aux CPAS.

Après la mise au point d’un questionnaire en partenariat avec les CPAS, la Fédération des CPAS bruxellois a récolté les chiffres mensuels de l’année 2015.

L’approche prise par les CPAS s’est basée sur les conséquences de ces mesures (sanction temporaire, exclusion, fin de droit, perte de ressources liée à la dégressivité). Nous présentons ici résultats relatifs à toute l’année 2015.

Conclusions

D’après les chiffres des CPAS bruxellois, 55,9% des personnes privées d’allocations d’insertion en 2015 n’ont pas introduit de demande d’aide auprès d’un CPAS bruxellois.

Les CPAS bruxellois sont inquiets quant au devenir de ces personnes. Certains ont sans doute trouvé le chemin vers l’emploi. Le rapport ONEM 2015 ne donne pas beaucoup d’information quant au devenir de ces personnes.

Les CPAS craignent que pour certains, l’exclusion du régime de la sécurité sociale se mue en exclusion sociale.

« Retour

Auteur(s)

Jean-Luc BIENFET
Dernière modification
28-06-2016
Conditions générales | RSS | Liens utiles